Congo trop riche

Un nouveau rapport sur la mortalité par le Comité international de secours (International Rescue Committee) estime que jusqu’à 5,4 millions de personnes sont mortes de causes liées à la guerre au Congo depuis 1998. Le nombre effarant de 45 000 personnes continuent de mourir chaque mois, à cause du conflit ou de la crise humanitaire liée. Au milieu du conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale, des centaines de sociétés internationales ont tiré d’énormes profits de l’extraction et du traitement des minérais congolais.

Democracy Now a une entrevue sur le sujet : Corporations Reaping Millions as Congo Suffers Deadliest Conflict Since World War II

En voici quelques extraits (traduits par mes soins) :

AMY GOODMAN : Maurice Carney, le Comité international de secours disent qu’il s’agit du conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale. Vous avez beaucoup écrit à propos de l’implication des sociétés multinationales qui alimentent les troubles. Pouvez-vous nous en parler ?

MAURICE CARNEY : Bien sûr. Quand vous examinez la situation au Congo, vous devez porter attention aux influences corporatives et à tous les évènements. Quand on regarde la situation telle qu’elle est actuellement, les gens parlent des viols horribles qui surviennent à une échelle inimaginable . Cependant, deux types de viols ont lieu au Congo. L’un est le viol des femmes et des enfants, et l’autre est le viol de la terre, des ressources naturelles. Et le Congo a d’immenses ressources naturelles. Nous parlons de 30% des réserves mondiales de cobalt, 10% des réserves mondiales de cuivre, de 80% des réserves mondiales de coltan. Et ces sociétés multinationales accumulent des profits obscènes tandis que le peuple congolais souffre énormément.
[…]
Il y a un certain nombre de sociétés canadiennes. Presque chaque premier ministre canadien depuis Pierre Trudeau a été impliqué dans une compagnie minière au Congo. Nous parlons de Joe Clark, Brian Mulroney, Jean Chrétien, chacun d’entre eux profitent des ressources naturelles du Congo, tandis que le peuple congolais souffre.
[…]
AMY GOODMAN : Maurice Carney, pouvez-vous nous parler des combattants étrangers? C’est souvent décrit comme une guerre civile, et pourtant, les combattants de l’Ouganda et du Rwanda, quel est leur rôle ?

MAURICE CARNEY: Oui, «guerre civile» est un abus de langage. le Congo a été envahi deux fois, d’abord en 1996, principalement par le Rwanda et l’Ouganda, lorsqu’ils ont installé Kabila au pouvoir, avec le soutien des États-Unis. Ils n’auraient pu envahir le Congo sans l’aval des Etats-Unis, comme l’a documenté Cynthia McKinney lors de son audition au Congrès en 2001. Puis, lorsque Kabila a cesser de servir les intérêts des Rwandais, des Ougandais et des États-Unis, on s’en est débarrassé. Il fut assassiné le 16 janvier 2001.

Les commentaires sont fermés.