Aspartame


Vous aimez l’huile de canola ? Vous adorerez l’aspartame.

Historique
Découvert par hasard en 1965 par J. Schlatter, chimiste de la société Searle, qui cherchait en fait un médicament contre les ulcères, l’aspartame fait aujourd’hui la fortune de la compagnie NutraSweet, une division de la sympathique multinationale Monsanto.

Une première autorisation de mise en marché est accordée par la FDA en 1974. Détail amusant, Donald Rumsfeld, alors secrétaire général de la Maison Blanche, sera ensuite CEO de G. D. Searle & Company.

Suite à une étude démontrant de possibles effets toxiques et cancérigènes sur le cerveau par l’aspartame ou ses métabolites, l’autorisation est suspendue quelques mois plus tard. Puis il est à nouveau autorisé aux USA en 1981 dans les aliments solides. Autre détail amusant, Arthur Hayes, un des commissaires responsables de la réautorisation sera plus tard engagé par G. D. Searle & Company.

Alors, c’est quoi l’aspartame ?
Commercialisé sous le nom de NutraSweet et d’Égal, l’aspartame est un édulcorant synthétique formé à partir de deux acides aminés (composants des protéines), la phénylalanine et l’acide aspartique.

Sous l’effet d’acides ou de chaleur (cuisson, mais aussi digestion), l’aspartame se décompose en méthanol représentant à peu près 10 % en masse, en phénylalanine et en acide aspartique.

Le premier coupable, le méthanol, est libérée dans l’intestin grêle quand le groupe méthyle de l’aspartame rencontre l’enzyme chymotrypsine (Stegink 1984, page 143).
Il est ensuite converti en formaldéhyde.

La phénylalanine et l’acide aspartique, les acides aminés qui forment 90% de l’aspartame, sont normalement utilisés par le corps quand ils sont absorbés au sein des aliments que nous mangeons. Mais quand ils ne sont pas accompagnés par les autres acides aminés que notre corps utilise [il y en a 20], ils sont neurotoxiques.

La phénylalanine est impliquée dans la phénylcétonurie (PKU), une maladie génétique rare (1/15 000 naissances) qui cause un retard mental grave chez l’enfant atteint.

Les effets secondaires maintenant :
Accélération du rythme cardiaque
Acouphènes
Arthrite
Asthme
Attaques de panique
Ballonnements, œdème (rétention des fluides)
Brouillard mental
Brûlement lors de la miction
Brûlements aux yeux ou à la gorge
Calvitie ou pertes de cheveux
Cancer du cerveau (chez l’animal lors des études pré-approbation)
Changements marqués de personnalité
Confusion
Convulsions
Crises d’angoisse
Décès
Démangeaisons
Dépression
Diarrhée
Difficultés à se concentrer
Difficultés respiratoires
Douleurs abdominales
Douleurs lors de la déglutition
Douleurs aux articulations
Engourdissements ou picotements des membres
Éruptions
Étourdissements
Faim ou soif excessive
Fatigue
Fatigue chronique
Gain de poids
Hypertension (Haute pression)
Impuissance et troubles sexuels
Incapacité de se concentrer
Insomnie
Irritabilité
Laryngite
Mauvaise mémoire
Maux de poitrine
Maux de tête / migraine vertiges
Maux de tête et migraines sévères
Nausées ou vomissements
Palpitations
Perte de l’ouïe
Perte de mémoire
Perte de vision
Phobies
Problème à articuler les mots
Problèmes de contrôle du niveau de sucre dans le sang (hypoglycémie ou hyperglycémie)
Problèmes menstruels
Réactions allergiques
Réactions asthmatiques
Réactions histaminiques au visage
Sentiments d’irréalité
Spasmes musculaires
Susceptibilité aux infections
Tachycardie
Toux chronique
Tremblements
Urticaire
Vertige

Bon appétit !

Sources :
Dorway un site sur l’aspartame et l’empoisonnement à l’aspartame
Aspartame sur Wikipedia
Aspartame sur 3Dchem.com

Les commentaires sont fermés.