La guerre

Göring: Bien entendu, le peuple ne veut pas de guerre. Pourquoi est-ce qu’un pauvre gueux dans une ferme voudrait risquer sa vie dans une guerre dont il ne peut espérer au mieux qu’il en reviendra entier ? Naturellement, le commun de la population ne veut pas de guerre ; ni en Russie, ni en Angleterre, ni en Amérique, ni, en ce qui nous concerne, en Allemagne. C’est bien entendu. Mais, après tout, ce sont les dirigeants d’un pays qui en déterminent les lignes d’action, et ce n’est jamais qu’une question simple que d’entraîner le peuple, que ce soit dans une démocratie, une dictature fasciste, un parlement, ou une dictature communiste.

Gilbert: Il y a une différence. Dans une démocratie, les gens ont leur mot à dire dans l’affaire par le biais de leurs représentants élus, et aux États-Unis, seul le Congrès peut déclarer des guerres.

Göring: Oh, tout ça est bien beau, mais avec ou sans voix, le peuple peut toujours être converti à la cause des dirigeants. Cela est facile. Tout ce qu’il suffit de faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués et dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme qui expose le pays au danger. Cela marche de la même manière dans tous les pays.

Nuremberg Diary, Gustave Gilbert

Les commentaires sont fermés.