Du poivre et des matraques

Comment la ville négocie avec la prise en main citoyenne : avec des matraques et du poivre de cayenne.

29 mai, 20h
L’équipe du Centre Social Autogéré a réussi en début de soirée à s’emparer d’un bâtiment abandonné dans Pointe Saint-Charles et à l’occuper. Malgré le temps plutôt incertain, environ 500 personnes ont participé à la manifestation d’appui qui a finalement permis au groupe d’entrer dans le bâtiment, situé au 2985 rue St-Patrick.

30 mai, 15h
Les policiers ont promis qu’ils allaient discuter avec les «diplomates» du Centre social avant d’intervenir. Au moment du rendez-vous, la police a foncé sur la clôture qui entoure la cour.
Après maints essais, la police a réussi à franchir la barricade. Ils ont entouré le bâtiment, installé des « snipers » sur le toit et lancé du poivre de cayenne par les fenêtre (qu’ils ont ensuite immédiatement rescellées).

18h
Suite à l’expulsion de son site initial, le Centre Social Autogéré a maintenant planté ses racines au 565 rue Dublin, toujours à Pointe Saint-Charles. Les forces de l’ordre sont déployées en très grand nombre dans tout le quartier et ont encerclé le bâtiment.

18h30
À l’intérieur du 565 Dublin, les personnes sympathisantes du Centre Social Autogéré ont constaté que le lieu n’était pas en état d’être occupé pour le moment. Simultanément, elles ont été attaquées par les forces de l’ordre, par poivre de cayenne et à coups de matraques.

Extraits des communiqués de presse du Centre Social Autogéré.

Les commentaires sont fermés.